Les premières dernières fois

Depuis la naissance de notre fils, nous attendons avec impatience de découvrir toutes ses premières fois. Son premier « areuh », son premier sourire, la première fois qu’il se retourne tout seul, sa première dent, ses premiers déplacements en rampant, sa première purée, son premier éclat de rire, son premier « bravo » avec les mains…

Nous avons assisté à tellement de premières fois, qui représentent à chaque fois une acquisition importante, qui marquent son évolution, qui nous confortent aussi dans l’idée que tout va bien.

Ces derniers temps, on peut dire que les choses se sont accélérées. Je sens que l’esquimau, 16 mois aujourd’hui, a une terrible envie de grandir, de faire comme nous, comme ses copains de la crèche. Ainsi, depuis quelques semaines, chacun de ses nouveaux apprentissages marquent la fin d’une époque.

L’ère des premières dernières fois arrive et ça me remplit de joie autant que de nostalgie. Car il faut bien le dire, les dernières fois ne préviennent pas et ce n’est que quelques jours plus tard que l’on se rend compte que c’est bel et bien fini.

Je mets donc régulièrement le temps entre parenthèses pour profiter des quelques habitudes auxquelles je m’étais attachée et qui s’effacent petit à petit parce que la vie avance.

 Les derniers quatre-pattes : L’acquisition de la marche fait que l’esquimau délaisse complètement le quatre-pattes qu’il avait mis tant de temps à maîtriser et qui représentait il y a quelques mois à peine une vraie révolution dans nos vie.

 Les dernières becquées : Notre fils a bien compris qu’à la crèche, les copains mangent par eux-mêmes et semble vouloir bien vite faire comme eux.  Il y a quelques semaines, il a mangé tout seul la moitié de sa purée, l’autre moitié lui aillant servi pour s’improviser un petit masque pour cheveux. Depuis, il demande de plus en plus régulièrement à se débrouiller par lui-même pour les repas.

 Les derniers biberons : Le voilà le nerf de la guerre, cette dernière fois qui arrive et que j’ai tant de mal à accepter. Car si jusqu’à présent, nous donnions ses biberons à l’esquimau, il manifeste maintenant l’envie de le prendre dans ses mains pour boire seul. Alors quand il me laisse encore lui donner, les matins j’en profite en me disant que c’est certainement la dernière fois…

Mais malgré ma nostalgie affichée, je vous rassure, les nouvelles premières fois qui ont remplacées les plus anciennes sont tout aussi belles et font tout autant se serrer mon cœur de maman.

Comme un grand !

Comme un grand !

Quand vient le soir…

En sortant du boulot, nous allons chercher le petit à la crèche. Nous le retrouvons content de sa journée mais aussi soulagé de nous voir enfin arriver. Les cernes violettes qui cerclent alors ses petits yeux en disent long sur la fatigue accumulée.

Aussi le soir, arrivés à la maison, nous privilégions les temps calmes afin de favoriser la détente de l’esquimau parfois très excité.

Un petit moment dans son lit en arrivant lui permet de se reposer dans le silence. Il y dort ou pas, ça n’a pas vraiment d’importance. Puis vient le bain que notre fils apprécie vraiment et dans lequel il passe de longues minutes à barboter. Une fois en pyjama et repus, l’esquimau va rapidement au lit rejoindre son doudou et s’endormir aussitôt pour une longue nuit de 12 heures.

Et depuis quelques temps, avant l’heure du coucher, nous avons instauré un joli moment que notre fils aime beaucoup. La lecture d’un livre, dans les bras de papa ou de maman. Le plus souvent, c’est lui qui va le chercher et qui nous l’amène en disant « Ka ! », ce qui en langage esquimau signifie « Tiens ! » (No comment…).

Deux façons différentes de lire. Maman essaye de respecter fidèlement le fil de l’histoire en commentant un peu les images tandis que Papa raconte les choses à sa façon, avec des phrases sans queue ni tête et des mots qui n’existent pas… Mais qu’importe l’histoire, l’esquimau apprécie autant l’un que l’autre.

Pendant ces instants privilégiés avec notre fils, le temps semble mis en suspends…et nous les savourons sans modération.

Lecture du soir avec papa…

Petit bonnet du mois de mai

Je vous présente aujourd’hui un petit bonnet que je viens juste de terminer et que l’esquimau porte à merveille les jours où nous sortons dans la brume encore bien (trop) fraîche du matin.

Avec un peu de chance il lui ira encore cet hiver… si nous ne l’égarons pas d’ici là !

Petit bonnet impromptu de Rerum Natura

Laine Malabrigo Sock coloris Alcaucil tricotée en double, aiguilles 5 mm.

P.S: Je tiens à remercier l’esquimau pour avoir octroyé 30 secondes de son temps à une maman qui a même poussé le vice jusqu’à lui enfiler le double col assorti…

Ça va bien deux minutes tes lubies Maman !

Ça va bien deux minutes tes lubies Maman !

Ce vide en moi

Comme une main que je ne cesse de tendre mais que personne ne saisit

Comme un hurlement permanent qui ne peut être entendu

Comme une plaie profonde que rien ne semble pouvoir soigner

Comme un trou béant qu’aucun bonheur ne parvient à combler

Comme ces milliers de mots, ces torrents de larmes qui restent coincés là

Comme tous ces coups que l’on m’a donnés et que je ne pourrai jamais rendre

Comme tous ces souvenirs qui m’habitent mais que je ne peux partager

Comme toutes ces peurs qui me paralysent

Comme toutes ces choses dont je ne me souviens pas mais qui sont bien là

Comme tout ce qui aurait pu, aurait dû être et qui ne sera jamais

« La douleur, c’est le vide » Sartre.

Petits bonheurs simples

Il faut du temps pour apprendre à laisser les petits bonheurs simples occuper une place de choix dans un quotidien de vie de famille souvent réglé comme du papier à musique.

Se laisser aller et mettre sa vie sur pause, le temps d’un rayon de soleil, d’un éclat de rire, d’un regard  échangé, d’un repas partagé,…

Ce weekend, nous avons mis notre fatigue de coté. Nous avons fait voler en éclat notre organisation millimétrée pour savourer pleinement notre vie à trois.

Qu’est ce que j’aime ces respirations qui permettent à notre bonheur de se rappeler à nous pour nous aider à avancer avec le sourire.

Et qu’est ce que j’aime les deux hommes qui partagent ma vie aussi…

Cueillette de pissenlits ♥

Cueillette de pissenlits ♥