6 mois après: mon corps et moi

Durant ma grossesse j’ai grossi. Mais genre BEAUCOUP grossi.

N’étant pas du genre à faire les choses à moitié, j’ai pris 20 beaux kilos. 6 dû au baby et le reste dû aux frites, cheesburgers, envies irrepressibles de suuucre et une activité physique inexistante.

Au début de ces 9 mois « merveilleux », je gonflais de partout et ma poitrine prenait quasiment une taille par jour mois. J’ai rapidement enfilé un jean de grossesse et acheté des soutifs taille baleineau (la taille baleine m’attendant pour la première montée de lait…). Comme tu l’imagines, mon sex-appeal était au plus bas et mon estime de moi aussi.

Et puis au cours de la grossesse, je pense que j’ai fini par accepter cette situation (oui bon ok, je n’avais pas le choix). Partager mon corps n’a pas été facile mais je pense que ce qui illustre le mieux cette acceptation de l’esquimau dans mon ventre ça a été le changement du regard que je portais sur mon corps.

En effet, je ne me voyais plus comme avant. Je ne voyais pas à quel point j’étais bouffie et boudinée (et pourtant je t’assure qu’il y a des photos de cette époque et qu’elles ne trompent pas et que je vais de ce pas brûler !). J’allais même jusqu’à croire ces bons amis qui m’assuraient que mes kilos en trop ne se remarquaient vraiment pas ! En fait a ce moment là, mon poids, mon apparence physique ne m’intéressaient pas plus que cela.

Bon, en même temps c’était peut-être une sorte d’instinct de survie. Si j’avais conservé mes exigences d’avant et que je m’étais vue dans un miroir à cette époque, j’aurais certainement eu envie de me pendre. En tout cas, le fait que Papa d’hiver soi resté avec moi pendant cette période force mon admiration !

Et puis il y a eu l’accouchement. Et ce qu’il a laissé derrière lui. Un ventre vide, mou, des vergetures en veux-tu en voilà, de la graisse inutile et en grande quantité, le cheveux terne et gras. Bref, le bonheur… Je n’ai jamais été aussi arrangée qu’à cette période. Mais étonnemment, les mois qui ont suivis, je l’ai accepté. Je ne me voilais pourtant pas la face sur mon état mais l’essentiel était ailleurs je crois. Je me disais que j’avais le temps pour perdre ces kilos en trop, pour retrouver mon corps d’avant (avant la grossesse hein !) et que si je gardais quelques rondeurs, ça n’était pas grave tant que je me sentais bien comme ça.

J’ai repensé alors à la mauvaise estime que j’avais de mon reflet dans le miroir avant que mon corps n’abrite ce petit être magique. Tout ce temps, toute cette énergie que j’avais perdus à me trouver toujours trop grosse alors que j’étais parfaitement normale. J’étais éternellement insatisfaite quelque soi mon apparence.

Voilà maintenant presque 6 mois que l’esquimau est avec nous. J’ai quasiment retrouvé mon poids d’avant… et les préoccupations qui allaient avec. J’ai retrouvé cette intransigeance envers mes courbes, toujours trop grosses, jamais satisfaisantes.

Je ne sais pas vraiment à quoi cela est dû…

Peut-être l’amer constatation que mon corps à poids égal n’a plus grand chose à voir avec celui que j’ai connu. Il me faut certainement du temps pour apprivoiser cette nouvelle enveloppe, celle qui a donné vie à mon fils que j’aime tant.

Peut-être aussi la perspective du retour en société, au boulot, sous le regard de mes futures collègues. Après tout, n’est-il arrivé à personne d’observer discrètement une femme ayant accouché dans l’année pour voir si elle avait réussi l’exploit de ne plus avoir cette petite rondeur au niveau du ventre ?

Peut-être aussi la comparaison avec les femmes de mon âge qui, pour la plupart, n’ont pas encore d’enfants et ne l’envisagent même pas dans un avenir proche. Ces femmes qui évoluent encore, vides de toute préoccupations maternelles, arborant un corps vierge de tout stigmate.

6 mois, c’est le temps de répit qui m’a été offert avant de retrouver ce regard impitoyable dans le miroir…et il ne m’avait pas manqué !

Publicités

4 commentaires sur “6 mois après: mon corps et moi

  1. linosqui dit :

    Ah ce regard je le connais, je travaille dessus (et pourtant on te dira que je suis mince, certains iront même jusqu’à maigre, mais moi je n’aime pas ce que je vois).
    Et pourtant je n’ai pas eu de mauvais regard après accouchement, non moi j’ai eu des reflexions sur le fait que j’étais trop mince pour etre la ère de mon bébé (cf cet article que j’ai écris: http://www.linosqui.fr/?p=1670), on m’a aussi plusieurs fois féliciter pour ma ligne, oui FELICITER je te jure j’ai eu du: « félicitations pour votre ligne (et non pour votre bébé) ou du « is it you baby? wahouuu congratulations for your weight », incroyable je sais mais pourtant vrai, et à chaque fois ça m’a terriblement gêné, ça ne m’a pas fait plaisir comme on pourrait le penser, car moi je me sentais pas bien et grosse encore. Comme quoi l’acceptation de soi passe par son regard à soi et non par le regard des autres. Bon courage pour ta reprise.

    • Maman d'hiver dit :

      Certaines personnes ne se rendent vraiment pas compte de ce qu’elles disent… Ca n’aide pas forcement à se sentir mieux après l’accouchement, c’est clair !
      Merci pour les encouragements, je sens que ça va pas être évident de laisser le petit à la crêche…

  2. Elodie dit :

    Oh, je ne le connais que trop bien. A 19 ans, avoir déjà un corps qui a porté la vie, c’est dur. A 22, un corps qui a porté deux vies.. Encore pire! 1 mois après mon deuxième accouchement je me regarde et me dis pfiou.. On est bien trop dures avec nous.. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s