(Re)vivre sans télé

Depuis quelques mois maintenant, Papa d’hiver et moi avons pris une grande décision. Se débarrasser de notre téléviseur.

Nous sommes partis de plusieurs constats:

1 – La télé ça a un prix. Mis à part le coût de l’appareil en lui-même, tout ménage équipé d’un téléviseur paye la redevance audiovisuelle soit 125 Euros pour l’année 2010. Elle sert à financer les organismes publics de télévision et de radiodiffusion (France Télévisions, Arte-France, Radio France, Réseau Outre-Mer 1ère, RFI, Institut national de l’audiovisuel).

125 Euros, un prix pas franchement hallucinant mais quand même…N’aurions nous rien de mieux à en faire ?! Et puis les chaines publiques, mise à part France 5, nous ne les regardions quasiment jamais… Bon, et si VRAIMENT on veut profiter d’un programme en particulier, on se fait un petit replay mais c’est très rare …

2- Nous passions nos soirées à regarder la télévision. Souvent d’ailleurs un programme qui ne nous intéressait qu’à moitié voire même pas du tout. Un fond sonore et visuel qui nous empêchait de profiter pleinement de l’autre, de discuter, de se câliner, de s’apaiser après une dure journée.

3- Les programmes télé: quel contenu ? Que savons nous de plus une fois le téléviseur éteint ? Qu’est ce que cela nous apporte?

Du stress, de la peur (merci les feuilletons de faits divers des JT tous plus glauques les uns des autres !), un sentiment d’insécurité, que la planète va exploser, monde de merde, tous pourris, que la famille duchmol a trouvé une nouvelle maison, que les politiques se tapent dessus à coup de propos terriblement pathétiques, que le cactus est devenu tendance, qu’une parfaite inconnue se sent moins grosse après être passée dans une émission en petite culotte. Franchement…

Papa d’hiver et moi avons envie d’avoir une approche du monde, des autres différente de tous ces clichés que l’on nous sert à longueur de temps à travers ce média.

Alors nous avons donné notre téléviseur. Nous avons osé nous en débarrasser pour de bon. Et je peux l’affirmer aujourd’hui: cette décision nous a fait gagner en qualité de vie. Nous avons acheté plus de livre, beaucoup de livres. Le soir Papa d’hiver me raconte ses lectures, nous discutons, nous sommes ensemble. Nous nous couchons plus tôt aussi. Nous trions les infos que nous lisons, nos esprit ne sont plus parasités d’un tas d’informations inutiles et abrutissantes. Nous ne connaissons pas le prénom de la nouvelle petite fille/femme/joggeuse dont on recherche le meutrier/violeur et qui fait la une des JT chaque soir. Nous, à 20h, nous dinons ensemble, en tête à tête avec notre fils sur les genoux, en famille, disponibles.

Je ne dis pas qu’il est impossible de vivre toutes ces choses avec un téléviseur à la maison. Mais nous, nous n’y arrivions pas. Appuyer sur le bouton et ne plus réfléchir semblait tellement simple…

Certains nous trouverons marginaux, en dehors de la réalité. Mais si les programmes télé sont le reflet de notre société alors oui, nous souhaitons nous en protéger. Mais honnêtement, je ne pense pas.

Nous valons tous mieux que ça.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s