Réflexions autour de l’ éducation non punitive – Introduction

       Avant d’attendre notre bébé d’hiver et au début de ma grossesse, je me suis beaucoup interrogée sur la mère que je voulais être pour notre enfant et le type d’éducation que je souhaitais lui donner.

       Je suis partie d’un constat personnel: la violence que l’on vit enfant a de nombreuses répercutions tout au long de notre vie. Alors oui, certains diront « on n’en meurt pas », « une fessée n’a jamais fait de mal à personne », « donner une tape sur la main ce n’est pas frapper »,…
Mais moi, aujourd’hui, je ne supporte plus aucune violence, qu’elle soit physique ou verbale, d’apparence anodine ou plus importante. J’ai l’intime conviction que la relation parent-enfant commence avant tout par un respect mutuel et j’ai beaucoup de mal à supporter ces phrases et petits gestes du quotidien de l’adulte visant à asseoir sa domination sur l’enfant.

    Ce sont ces raisons qui me poussent aujourd’hui à vous parler d’un autre mode d’éducation: l’éducation non punitive ou l’importance d’apprendre l’autodiscipline aux enfants.
Biensur, il ne s’agit de stigmatiser personne mais de vous faire part de mes lectures et pistes de réflexions dans le but de partager autour de ce sujet compliqué qu’est l’éducation et dont personne n’a la recette universelle idéale.

       Un premier billet d’introduction présentant un tour d’horizon des évolutions au sujet de l’éducation en France et dans d’autres pays sera suivi d’un second billet proposant ma fiche de lecture de l’ouvrage: Eduquer Sans Punir: Apprendre l’Autodiscipline aux Enfantsde Thomas Gordon qui m’a beaucoup fait avancer dans ma réflexion autour de ce sujet et d’autres lectures qui m’ont permis d’avoir une approche plus concrète de la chose.

      Et pour commencer, voici quelques lectures qui m’ont permis de prendre conscience que non, une fessée n’est pas un acte anodin et qu’il est important de penser l’éducation autrement, dans le respect de l’autre et la communication:
Publicités

4 commentaires sur “Réflexions autour de l’ éducation non punitive – Introduction

  1. Coucou, comme toi je ne supporte pas la violence, qu'elle soit verbale ou psychologique.
    MAIS, j'ai un loustic de 4 ans et un bébé à venir et… éduquer sans punir je n'y crois pas. Attention, punir pour moi ne veux pas dire humilier ou hurler. J'explique (le nombre de fois nécessaire), puis je compte et si vraiment ça ne marche pas, hop, il va dans sa chambre ou bien on supprime quelque chose qu'il aime mais n'est pas indispensable (télé par ex). franchement ça marche bien ! Bref, à bientôt pour la suite de tes aventures ! biz Morgane

  2. Maman d'hiver dit :

    Bonjour Morgane !
    J'ai bien conscience que ce mode d'éducation est compliqué à appliquer au quotidien et demande une grande discipline de la part du parent. Autour de moi, les gens sont également dubitatifs face à l'idée d'une éducation sans punition.
    Etant donné qu'elle demande beaucoup de recul de l'adulte qui n'a pas forcement ni le temps, ni l'énergie d'en prendre, je la vois plutôt comme un idéal à atteindre.
    Pour ma part, la lecture du livre de Thomas Gordon et d'autres que je présenterai en détail dans le prochain billet à rendue moins floue cette notion d'éducation sans punition et je veux croire qu'elle est applicable 🙂
    J'espère que tu pourras trouver quelques pistes grâce à cela.
    Merci de me lire et bon courage avec ton loulou et demi !

  3. el-o dit :

    Si tu y arrives / vous y arrivez je vous dit chapeau car quand le bébé n’est pas encore on se dit qu’on sera comme ci ou comme ça mais un bb ça change une vie et moi tout ce que je pensais faire ect ….tout est tombé à l’eau et au sujet des non punitions c’est quand même dut d’appliquer cette discipline , après j’èspère que vous y arriverez .
    Moi je ne suis pas pour non plus, mais il a déja été puni, a reçu des fessées , bref c’est pas facile .
    Mais bon vous avez le temps de venir voir .

    • Maman d'hiver dit :

      J’ai bien conscience que l’éducation est loin d’être une chose évidente à gérer. Il faut sans cesse savoir se remettre en question et accepter ses limites.
      En fait, pour commencer, je m’étais intéressée aux alternatives à la fessée/la gifle, tous les comportements violents que l’on peut avoir à l’égard d’un enfant. Je me donne comme point d’honneur de ne jamais lever la main sur mon fils, c’est un combat personnel, lié à mon histoire.
      Je ne juge absolument pas les personnes qui y cèdent un jour de craquage mais pour moi ce geste ne doit pas être banalisé et s’il part, il faut verbaliser à l’enfant le caractère exceptionnel et anormal de la chose.
      C’est en fait en cherchant des renseignements sur le sujet que j’ai vu que certains allaient encore plus loin avec l’éducation sans punitions. Je dois bien l’avouer, j’ai été dubitative sur l’applicabilité de la chose au quotidien, je ne sais pas si j’y parviendrai, mais ils ont au moins le mérite d’apporter de vraies pistes de réflexions qui permettent de penser la relation à l’enfant autrement que part un rapport de domination.
      Pour moi ce qui compte par dessus tout dans la relation parent/enfant, c’est la notion de respect qui doit s’appliquer dans les deux sens. Après, chacun trouve ses propres réponses avec son vécu et son quotidien.
      C’est loin d’être facile effectivement mais pour ma part, j’ai encore quelques mois pour m’y préparer 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s